publicite publicite
 
-2°C
Berlin
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Menu

Chronique album


Yapa

Pariwaga


Paris 

13/01/2010 - 

Baptisé Pariwaga pour avoir été préparé à Paris et finalisé à Ouagadougou, le troisième album du groupe français Yapa met en valeur ses nombreux invités africains tout en les faisant évoluer sur un terrain musical qui ne leur est pourtant pas familier.



Fraîcheur, spontanéité, légèreté : voilà les sensations que procurent les quinze titres de Pariwaga. Un répertoire d’un genre inédit et qui, paradoxalement, nous parait familier parce que facile d’accès. Sans doute est-ce là la clé de la réussite de ce disque franco-africain sur lequel on peut entendre tour à tour la voix du chanteur burkinabé Victor Démé, celle de son compatriote conteur KPG (médaillé d’argent dans cette catégorie aux récents Sixième Jeux de la Francophonie), celles des Algériens de Djmawi Africa, ou tout simplement les guitares acoustiques et percussions des musiciens de Yapa, à la fois maîtres d’œuvre et d’ouvrage.

Lorsque ces quatre Français se sont rendus au Burkina Faso, pour participer au festival de jazz de Ouagadougou en 2008, ils avaient en tête de mettre ce séjour à profit pour enregistrer un troisième album, comme ils l’avaient fait précédemment lors d’une tournée dans les Balkans. Arrivés avec des instrumentaux déjà prêts, ce groupe aux fortes influences jazz a donc joué au directeur artistique, travaillant dans une certaine urgence avec les artistes rencontrés sur place pour en garder cette essence brute.

Puisqu’ils avaient pris goût à l’exercice, les 4 Yapa ont poursuivi dans la même démarche afin de compléter leur album. Avec un résultat identique. Invité pour clore l’album, le chanteur afro-allemand Patrice aurait pu faire figure d’intrus avec son reggae pop, mais ils ont su capter son instinct premier, comme dans son premier mini-CD Lions, sans lui laisser le temps de donner à sa prestation ce goût de guimauve qui fait son succès auprès de nombreuses jeunes filles. Si la musique relève de l’alchimie, Yapa semble avoir trouvé quelques-uns de ses secrets les mieux gardés.


Sindi deni ma

  par Yapa

Yapa Pariwaga (Chapa Blues/Naïve) 2010
En concert le 26 janvier au Sunset à Paris, et en tournée en France

Bertrand  Lavaine